L'un des axes centraux de réflexion et de confrontation des protagonistes de la philosophie allemande classique (idéalisme et romantisme allemands) au début du 19e siècle est donné dans l'interrogation sur la possibilité d'un savoir du divin,sur la fonction d'un tel savoir pour la philosophie, et enfin sur son rapport à la foi ou croyance. Loin de signer une régression en deçà du kantisme,cette question transversale apparaît comme une pierre de touche de la différenciation des idéalismes postkantiens, qui ne peuvent manquer de prendre position face à l'alternative posée par F. H.Jacobi entre un rationalisme qui aboutirait au nihilisme, et un fidéisme irrationnel.Le cours posera des jalons quant à l'histoire et aux enjeux philosophiques de ce problème. Ce cours de Master s'adresse plus particulièrement aux philosophes et aux germanistes intéressés par la philosophie. Une bibliographie détaillée sera distribuée en début de semestre.

Jacobi, Lettres à Moses Mendelssohn sur la doctrine de Spinoza, in : Œuvres philosophiques, éd par J. J. Anstett, Paris, Aubier-Montaigne, 1946.

Jacobi, Des Choses divines et de leurs révélations, Paris, Vrin, 2008.

Fichte, Initiation à la vie bienheureuse, Paris, Vrin, 2013.

Schelling, Philosophie et religion, Hildesheim, Olms, 2009.

Hegel, Foi et savoir, Paris, Vrin, 1988.

Walter Jaeschke (éd.), Der Streit um die Göttlichen Dinge 1799-1812, Hambourg, Meiner,1999.